Une séance de négociation était convoquée aujourd’hui à la FNCA.

Comme vous le savez les organisations syndicales SUD et SNECA/CGC avaient préalablement interpelé les Directeurs Généraux des CR afin de revenir sur les négociations salariales qui sont à nos yeux insuffisantes.

Les OS sont donc revenues sur ce sujet dès le début de séance.

En ordre dispersé, puisque la CFDT a préféré y aller seule au lieu de rejoindre l’intersyndicale, ce que nous regrettons.

 

Et face à l’absence de réponse favorable de la Fédé de reprendre les négociations, l’ensemble des Organisations Syndicales a quitté la séance.

 

Pour l’intersyndicale SUD/SNECA CGC, les négociations nationales ne reprendrons que lorsque la FNCA aura décidé de revenir sur le sujet des revalorisations de salaires et de la protection du pouvoir d’achat des salariés.

 

Ci-dessous, pour celles et ceux qui le souhaitent, le détail de la négociation.

 

Vos élus SUD

 

COMMISSION NATIONALE DE NÉGOCIATIONS

Jeudi  24 Février 2022

 

Equipe de négociation SUDCAM  :  Katty, Karine, Denis, Jean Yves.
Délégation Patronale : Uniquement 1 DG et 3 présidents (contre 3 DG et 3 Présidents habituellement) + FNCA

Réunion en présentiel, toutes les OS et délégation fédérale présentes (pas de distanciel)

A  l’ordre du jour:   

  • Agenda social 2022
  • Aspects sociaux des fusions, coopérations, réorganisations et restructurations (suite)
  • Information / Consultation CSE sur les orientations stratégiques et orientations en vue de la mise en place d’une politique de GPEC (ouverture).Pour SUDCAM il manque un sujet à l’ordre du jour : la réouverture des négociations nationales sur les salaires…

Début  10h00                

FNCA :

Nous sommes contents de nous voir en présentiel.

Nous nous retrouvons après la 1ère séance de l’année où nous n’avons pas pu nous rejoindre sur les salaires.

Nous voudrions revenir sur les assises des conditions de travail. Cela s’est fait en distanciel. Elles sont fondamentales. Elles font suite à un accord de branche signé. Elles rentrent dans le triptyque satisfaction client/salariés/entreprises. Des intervenants extérieurs sont intervenus.

Nous voudrions revenir sur un courrier envoyé par 2 OS aux DG et Présidents pour demander un nouveau mandat concernant les négociations salariales. Nous décomposons nos négociations en 2 dates en novembre et en janvier. En janvier chacun à cherché un accord mais nous n’avons pas pu le faire. Cette volonté partagée a permis le versement d’une prime de 800 € en décembre. Elle a été unilatérale avec l’augmentation des RCE de 1 %. Le maintient du pouvoir d’achat des salariés fait aussi l’objet de négociations locales. Il y a des accords signés en ce sens. Pour nous il n’y a pas matière à rouvrir les négos en 2022. Nous verrons à la fin de l’année.

Rappel de l’ordre du jour.

SUDCAM pour l’intersyndicale SNECA/SUDCAM :

Déclaration SNECA CFE-CGC/SUDCAM préalable à la séance
de négociations du 24 février.
La séance de négociation portant sur la revalorisation des salaires s’est conclue par un échec.
La décision unilatérale de la délégation patronale de mettre en œuvre une augmentation de 1% de la
ligne RCE ne répond pas aux objectifs fixés par les principes de négociation qui stipulent que les
paramètres suivants doivent être pris en compte :
• La situation économique des Caisses régionales
• La compétitivité des salaires
• L’articulation Branche/local
• L’inflation.
La prise en compte de ces 4 paramètres aurait dû conduire la délégation patronale à proposer une
augmentation générale bien au-delà des 0,60% des RCE, comme ce fut le cas de la première
proposition. Les Organisations Syndicales représentatives de la Branche ont pourtant souhaité trouver
un accord jusqu’au bout, malgré la provocation de la délégation patronale qui demandait après à peine
une heure d’échanges, si « on poursuivait la négociation ou si les organisations syndicales préféraient
arrêter la négociation pour aller faire les soldes ».
Certes, comme dans toute négociation, la délégation fédérale avait reçu un mandat de la part des
Dirigeants des Caisses régionales. Ce mandat n’était pas suffisamment élevé pour répondre à l’attente
légitime des salariés. Pas étonnant. Ce mandat est donné par des Directeurs Généraux qui ont dû,
contraints et forcés, accorder une prime de 800 euros à tous les salariés.
Dans ces conditions, les Syndicats SNECA CFE-CGC et SUDCAM ont écrit le jeudi 17 février à l’ensemble
des Directeurs Généraux et Présidents des entités de la branche Crédit Agricole pour qu’ils donnent
un nouveau mandat à la délégation fédérale.
Notre objectif demeure de parvenir à un accord qui permette la préservation du pouvoir d’achat
salarial de TOUS.
Les syndicats SNECA CFE-CGC et SUDCAM, demandent la réouverture immédiate de la négociation sur
les salaires.

CFDT : Déclaration

FNCA : Nous avons entendu vos déclarations. Elles sont fortes. Certains de vos propos sont très forts.

Dans d’autres entreprises, un syndicaliste CFE-CGC dit qu’une augmentation générale de 0,6 % à 1 %, des mesures individuelles et l’intéressement couvraient l’inflation.
Pour nous le dialogue sur les salaires est clos pour 2022.
Nous entendons que la négociation sur les salaires est importante mais il n’y a pas que cela. La partie se trouve en local.

CFDT : Pour la CFDT ce n’est pas suffisant, nous ne pouvons pas entendre. Nous quittons la salle.

SNECA : Demande de suspension de séance de 15/20 min.

Reprise de 10h45

SNECA pour intersyndicale SNECA/SUDCAM : Déclaration

Les syndicats SNECA CFE-CGC et SUDCAM regrettent la fin de non-recevoir de la délégation patronale, concernant la nouvelle négociation sur les salaires. Alors que la santé économique et financière des Caisses régionales n’a jamais été aussi élevée, les élus SNECA CFE-CGC et SUDCAM ne comprennent pas cette position fermée de la Direction. Comment expliquer aujourd’hui, que malgré les 4 milliards de résultats dégagés par les Caisses régionales, celles-ci ne soient pas capables de préserver le pouvoir d’achat de tous les salariés ? Le Gouvernement a appelé les entreprises « à améliorer les salaires des Français au moment où une inflation persistante mine leur pouvoir d’achat ». Nous déplorons que cet appel ne soit pas arrivé jusqu’aux oreilles de nos Dirigeants.

Votre position est d’autant plus déplorable que le contexte inflationniste ne fait qu’empirer notamment sur les produits de première nécessité et énergie.

Nos collègues de Caisses régionales et des entités rattachées à la Branche ne comprennent absolument pas cette décision qui fera perdre, pour plus de la moitié d’entre eux, près de 2 points de pouvoir d’achat salarial à minima.

La négociation sur les salaires reflète en général le climat de confiance qui existe entre partenaires sociaux. Celui-ci est visiblement au plus bas. En témoigne les IER qui sont en régression dans de nombreuses Caisses Régionales. Votre décision ne fera qu’accentuer la dégradation de cet indice pourtant important dans le projet de Groupe. Vous restez sourd à la colère des salariés qui couve.

Le SNECA CFE-CGC et SUDCAM continueront leur action pour relayer le mécontentement des salariés qu’ils représentent.

Dans ces conditions, les délégations SNECA CFE-CGC et SUDCAM décident de quitter la table de négociation jusqu’à la reprise de véritables négociations salariales

FNCA : Nous n’entendons pas de colère et nous ne sommes pas sourds à l’inquiétude des salariés.

En aucun cas la délégation patronale pense que les salariés perdent du pouvoir d’achat. Dans ce contexte d’incertitude, nous avons pris ensemble un certain nombre de mesures pour y faire face. Nous avons décidé ensemble d’une prime PEPA. Nous avons fait une proposition de 1,2 % avec un plancher de 300 €. Nous sommes en écart sur le fait que vous considérez que le pouvoir d’achat n’est pas préservé. Il y a des négociations locales et il y aura un intéressement important cette année.

L’inquiétude est par rapport à des incertitudes. Donnons nous du temps pour voir comment l’année va évoluer.

Il serait dommage de perdre du temps en négociations en 2022. Le contexte de 2022 n’est pas celui de 2019. Cette paralysie de la négociation de branche n’est pas bonne.

 

Départ de SUDCAM et SNECA à 10h51