La Direction vient de nous informer au  travers de sa communication « Le fil du vendredi » que le dernier indice IRC se situe à 0 après avoir progressé de 5 pts.

Ceci signifie que  le « bonus IRC » qui sera versé au titre de l’intéressement 2020 sera de 1M€.

Ce montant viendra augmenter la part liée au résultat net.

Les deux autres « bonus » (conquête et DAV actifs) seront connus en fin d’année.

L’occasion pour nous de revenir sur l’accord en cours avec deux problématiques que nous avons identifié.

 

Pour commencer, rappelons que la formule de calcul est la suivante:

 

Le « bonus IRC » dont il est question est celui lié à l’IRC stratégique mesuré annuellement par une enquête du groupe en juillet.

L’indice IRC qui a été mesuré lors de la dernière enquête est de 0.

Il était de -5 en juillet 2019.

Puisque le dernier indice est « positif ou nul », le bonus se déclenche.

La progression étant de 5 points, le montant versé est donc de 1M€.

 

Au delà de se satisfaire de cette somme, nous sommes surtout contents que la satisfaction clients reparte de l’avant ; ce qui est un très bon signe.

Derrière ce chiffre on doit surtout remarquer que les « promoteurs » sont en forte hausse mais que le niveau des « détracteurs » reste élevé quand on se compare à la concurrence.

 

L’année 2020, fortement impactée par la COVID-19, soulève donc deux problématiques concernant l’accord d’intéressement que nous détaillons ci-après :

1/Absence éventuelle du versement de dividendes CAsa

2/Révision des objectifs Conquête et DAV actifs

 

L’impact COVID se fera aussi ressentir sur le résultat net au travers d’une baisse de PNB lié à l’activité avec un niveau de charge pour l’instant identique. Sans parler de l’augmentation des risques liée à la dégradation de nos encours crédits.

Mais là il faut être logique : quand nous appliquons pour le calcul de l’enveloppe un % du résultat net, c’est que nous acceptons que l’intéressement puisse être impacté par une dégradation de la conjoncture. C’est l’essence même d’un « partage de la valeur ».

 

Revenons aux problématiques soulevées par les élus SUD au cours des derniers CSE :

 

1/Absence éventuelle de versement de dividendes CAsa:

Le groupe a suivi les recommandations de la commission européenne visant à ce que les entreprise, dans le contexte COVID, ne versent pas en 2020 de dividendes au titre de l’année 2019.

Sage décision car il en va de l’image du Groupe.

Cependant, le modèle capitalistique des banques mutualistes, et particulièrement du Crédit Agricole, repose sur le regroupement des entités avec un véhicule côté : CAsa.

L’absence éventuelle de versement de dividende CAsa se traduit par un manque à gagner pour notre CR de 34,7M€ (35% du résultat moyen constaté ces dernières années)

Il reste bien sûr l’option pour CAsa de procéder en fin d’année à une avance sur le dividende 2021 mais à ce jour rien n’est garanti.

Aussi les élus SUD ont interpelé le Directeur Financier lors de notre dernier CSE par une simple question :

« Une reprise de provisions au titre du FRBG est-elle une option envisageable afin de venir compenser en tout ou partie l’absence éventuelle de versement de dividende CAsa? »

En effet la Caisse Régionale dispose d’un montant de FRBG parmi le plus élevé des 35CRs, résultat d’une politique de provisionnement assez important depuis une quinzaine d’années.

Le FRBG, c’est le Fond pour Risques Bancaires Généraux, autrement dit: les provisions non affectées et de libre emploi qui permettent aux banques de faire face à des risques potentiels non clairement réglementés.

Des risques de type « pandémie » par exemple.

Ce qui nous a rassuré, c’est que le Directeur Financier nous a confirmé qu’une reprise de FRBG est une option possible.

 

2/Révision des objectifs Conquête et DAV actifs

Deuxième problématique que nous avons soulevé dès le mois de juin en CSE.

En effet, l’accord prévoit le versement de bonus liés à la conquête et aux DAV actifs de la façon suivante :

Le principe de ces  bonus est simple :

  • Si l’objectif fixé en début d’année est atteint, un bonus de 500k€ est versé.
  • S’il est partiellement atteint (entre 90% et 100%) un bonus moins important (250k€) est tout de même versé.
  • S’il est dépassé, des bonus plus importants sont versés (750k€ si objectif réalisé à plus de 110% et 1Me s’il dépasse 120%)

L’objectif conquête au 1er janvier était de 50000 nouveaux clients mais il vient d’être ramené à 36700.

Celui des DAV actifs était de 10500 au 1er janvier et vient d’être ramené à 7790.

 

La logique voudrait donc que ces nouveaux seuils soient appliqués pour le versement des bonus.

Réponse de notre DRH qui s’est pour l’instant peu avancé : « Faites nous confiance, la Direction fera quelque chose, mais nous ne souhaitons pas passer par une rénégociation de l’accord. »

Ok pour la confiance. On attend de voir les mesures prises.

Car déjà de nombreux salariés nous interrogent sur ce sujet.

Pour l’instant nous les rassurons en relayant le message « La Direction fera quelque chose » …

 

BILAN 2019:

Pour conclure, nous avons fait un bilan de l’application de ce nouvel accord et une comparaison entre les CRs.

Pour ceux qui s’en souviennent, la cartographie sur le partage de valeur avait positionné la CR en dernière position en 2018 avec un taux de distribution de 7,97% du résultat net alors que la moyenne des CRs était à 13,02.

C’était le résultat de l’application de l’ancien accord que la CFDT et le SNECA avait accepté et que nous avions de cesse de dénoncer.

 

L’arrivée de notre Directrice générale au printemps 2019 nous avait permis d’être entendu et avait permis de mener des négociations constructives sur le sujet, avec un accord au final signé par tout le monde.

Et nous sommes fiers d’avoir été « moteur » sur le sujet.

En effet, la carte ci-dessous montre qu’en 2019, le CR est revenue dans la moyenne des Caisses avec un % de distribution de 14,03%, quand la moyenne se situe à 13,26%.

 

Le signe que lorsque l’on travaille en confiance, c’est positif pour tout le monde.

 

Vos élus SUD

 

 

 

 

Pour rappel : la cartographie de 2018: