Le coronavirus va-t-il faire disparaître les bureaux en open space ?

(source 20 minutes ; 21 Avril 2020)

Comment travailler avec la menace du coronavirus ? De nombreux salariés et entrepreneurs ont déjà dû s’adapter aux contraintes créées par l’épidémie : port de gants, de masques, installation de vitres, désinfection des équipements… Au-delà des cas particuliers à chaque profession, le Covid-19 pose plus globalement la question de l’organisation spatiale du travail. Le problème concerne notamment les nombreux salariés installés dans des bureaux en « open space ». Appelés à télétravailler durant le confinement, ils devront, pour une partie d’entre eux, retourner sur leur lieu de travail à partir du 11 mai ou lors des semaines suivantes.

Par définition, le regroupement de personnes dans un espace clos multiplie les risques de propagation du virus. Une étude danoise de 2011 avait d’ailleurs montré que les salariés qui se trouvaient dans des bureaux de plus de six personnes étaient absents pour maladie environ huit jours par an. Deux fois plus que les personnes disposant d’un bureau isolé.

 

La question de l’air conditionné

« C’est une question de bon sens », expliquait en 2016 le microbiologiste John Noti, interrogé par Vice. Avant d’attaquer : « Les gens sont des gros porcs paresseux qui vous toussent dessus, vous éternuent dessus et touchent en permanence à votre espace. Donc, si vous êtes physiquement séparé d’eux par quelque chose de solide, empêchant ainsi les gens d’accéder à votre espace de travail, il est logique que vous ayez moins de chance d’être infecté. »

Par ailleurs, certains scientifiques pensent que le coronavirus peut aussi se propager dans un espace ouvert – comme un bureau – grâce au souffle de la climatisation. Une étude sur des cas de contamination au Covid-19 dans un restaurant en Chine montre que l’air pulsé a très vraisemblablement propagé des gouttelettes infectées de table en table. Cet exemple pourrait être très facilement transposé à un open space avec des collègues malades qui contaminent le reste du bureau.

 

« La fin, au moins temporaire, de l’open space »

Les entreprises sont donc conscientes que des aménagements vont être nécessaires pour le retour des salariés. « Dans les sièges sociaux, les grands bureaux à la Défense par exemple, on ne pourra pas faire revenir tout le monde en même temps, explique Benoît Serre, vice-président de l’association nationale des DRH (ANDRH). Pour respecter la distanciation sociale, les salariés devront être plus espacés. Donc dans un open space où vous aviez 30 personnes auparavant, vous n’en aurez plus que 15. Les autres devront être en télétravail ».

« Ce roulement des équipes devra être effectif dans tous les espaces collectifs, assure Olivier Angotti, avocat associé chez FTMS et spécialiste du droit social. Il faudra sûrement allonger les plages horaires dans les restaurants d’entreprise pour éviter qu’il y ait trop de monde au même moment. Certaines sociétés ont même décidé de limiter les petits ascenseurs à une personne. Certains de nos clients ont déjà installé des cloisons en plexiglas pour limiter les contacts ».

 

Fini le télétravail comme exception ?

« Le problème principal, c’est la distance sociale, confirme Madeleine Estryn-Behar, médecin du travail, épidémiologiste et docteur en ergonomie. Dans beaucoup d’entreprises, il faudra faire des adaptations, en y associant les salariés et les représentants du personnel. On peut imaginer la pose de cloisons ou encore d’aérer naturellement plutôt que d’utiliser la climatisation ». Olivier Angotti reprend : « la situation actuelle signifie la fin, au moins temporaire, de l’open space tel qu’on le connaissait. »

Un scénario qui pourrait néanmoins être amené à durer. « Si on impose les gestes barrières pendant des mois, ce n’est plus temporaire, affirme Benoît Serre. Décathlon a décidé de repousser la réouverture de son siège social en juillet. Et certains DRH ne prévoient pas un retour complet des équipes dans les bureaux avant décembre. » Pour lui, le coronavirus va amener les entreprises à se questionner sur leur organisation globale : « Si l’entreprise se rend compte que le télétravail fonctionne, il ne sera plus exceptionnel. Cela conduira à réfléchir aux méthodes de management ».

Difficile en effet – sauf à être un fan du livre 1984 – d’imaginer un « open space » virtuel avec sa caméra branchée en permanence. Ce bouleversement pourrait être d’ampleur : au moins 18% des salariés français travaillent dans des plateaux sans cloisons. Et une grande majorité d’entre eux ne verrait pas la disparition de l’open space d’un si mauvais œil: un sondage publié en 2017 révélait que la moitié des salariés en open space accepteraient immédiatement un bureau fermé si on leur proposait.